Ordination de Nathalie Patonnier

Dimanche 3 juillet au temple de Vernoux-en-Vivarais a eu lieu l’ordination reconnaissance de ministère de Nathalie Patonnier qui vient d’achever son proposanat de deux ans à la paroisse de Vernoux-Chalencon.

Nathalie Patonnier est née en 1972 à Moulins (Allier) et est aujourd’hui mère de deux filles. Elle explique son cheminement de foi chrétienne : « La théologie m’est venue par le truchement d’un pasteur qui m’a poussée à suivre les cours décentralisés de l’Institut protestant de théologie de Montpellier à Valence. J’ai alors découvert que s’intéresser à la théologie, c’est prendre le risque d’entrer en questionnement et de se confronter à ses propres silences ». Au terme de neuf années, elle a obtenu sa licence, tout en poursuivant sa carrière professionnelle.

Qu’est-ce une ordination-reconnaissance de ministère dans l’Église protestante unie de France ? En fait, le ou la candidat(e) doit remplir plusieurs conditions : d’une part, une formation comprenant un volet universitaire (faculté de théologie protestante) sanctionnée par un Master pro, à l’Institut protestant de théologie en l’occurrence pour Nathalie Patonnier (Montpellier). Puis suit un temps d’engagement spirituel, un proposanat : c’est-à-dire deux années dans une paroisse (Vernoux-Chalencon). Il appartient ensuite au conseil régional de la région Centre-Alpes-Rhône de l’Église protestante unie de France d’émettre un avis. Cet avis est transmis à la commission des ministères (CDM) qui valide le cursus et les deux années de proposanat et ouvre ainsi la porte pour que la proposante soit officiellement nommée pasteur(e).

L’ordination-reconnaissance de ministère se déroule lors d’un culte avec un temps particulier ou le président du conseil régional de l’Église protestante unie de la région Centre-Alpes-Rhône (Lyon), le pasteur Franck Honegger a lu les textes d’engagements auxquels Nathalie Patonnier a répondu : « oui, je le veux, Jésus-Christ est le Seigneur, qu’il me soit en aide ». Paroles ensuite reprises par l’assemblée. Puis, ce fut l’imposition des mains. La prédication a été assurée par le pasteur Michel Bertrand, ancien président de l’Église réformée de France, professeur de théologie pratique et doyen honoraire de l’Institut protestant de théologie de Montpellier.